Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Bécassine


Quand la Haute l’aura à la bonne… (les poules auront des dents ?)

Elle avait des regrets, Madame la bécasse
D’avoir pris cette bonne à l’ignorance crasse,
Bécassine de nom, sotte, gourde de plus,
En nunuche arrachée au bon vulgum pecus.

Et Madame éreintait de critiques sévères
Le dos tors et courbé des couches populaires,
Sans voir que les vertus de leur simplicité
Damneraient le pion à sa fatuité :

Car un jour, toutes deux firent face à l’angoisse,
Tombant becs à museau devant un chien de chasse ;
Et c’est la domestique avec ses mots du cru
Qui, pleine de culot, le traite en malotru :

« Fichez le camp d’ici ! Quel grossier personnage !
On va vous appeler l’obsédé du corsage !
N’avez-vous donc pas honte, espèce de sagouin,
De venir reluquer Madame au petit coin ! »

L’épagneul (c’en est un) la regarde, perplexe.
Pour lui, chasser n’est pas une affaire de sexe ;
Il n’entretient, d’ailleurs, avec les vieux cochons
Pas plus de bons rapports qu’avec les gros nichons.

« Obsédé du corsage, obsédé du corsage… »
Grommelle-t-il alors, en laissant le passage
À ce couple d’oiseaux qu’il devait avaler,
N’eut été ce bon sens doublé d’un franc-parler…

Bécassine, pourtant, essuya le reproche
D’avoir pris du retard avec son anicroche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 décembre 2018 par dans Gibier, Oiseau, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :