Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Un remède de cheval


Ne pas dépasser la dose prescrite…

Après vingt ans passés sous le fouet du dressage,
On fit pour un cheval des vœux d’équarrissage
Pour “ le nombre élevé de ses cacas nerveux ” ;
C’est du moins ce qu’il lut dans sa lettre d’adieux.

Il hennit ; lui, honni pour un transit vétuste,
Aux dires d’un verdict aussi mauvais qu’injuste.

Mais avant de partir pour le trajet fatal,
Il croise à l’écurie un gars intestinal
Qui, parlant de serpents gravés au caducée,
Lui propose un venin en lieu de panacée :

« Une goutte, vois-tu, de cette potion
Suffit pour liquider ta constipation,
Et par un prompt effet, au dire des augures,
On ne te dira plus que tes selles sont dures ! »

« Si ta goutte guérit un crottin énervé, 
Combien en faudra-t-il pour un nombre élevé ? »

« C’est à discrétion, répond l’apothicaire.
Bois-en jusqu’à plus soif si cela peut te plaire ! »

Depuis, sur le chemin qui mène à l’abattoir,
On suit la ligne jaune en dernier au revoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 octobre 2018 par dans Equidé, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :