Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Gare au gorille !


Inspiré d’une chanson à l’esprit salace

Un gorille, lundi, dit-on dans le canton,
Sans souci des on-dit et du qu’en-dira-t-on,
Sur les coups de midi prédit, sans crier gare,
Malheur aux culs maudits de France et de Navarre.

Il faut vous dire aussi qu’il était condamné ;
Seul au fond d’une cage, enfant abandonné,
Qui n’avait d’horizon qu’une mort infamante
Dans deux mètres carrés comme salle d’attente.

Par la rage et l’ardeur de ce manque d’espoir
Il fracassa d’un coup la porte du mouroir,
Et partit dans la rue assouvir sa vengeance.

Or, juste avant qu’il vienne assaillir l’assistance,
– Une vieille et un juge offraient un premier choix –
Il croise une guenon au popotin grivois.

« Tiens ! se dit le gorille. Arrêtons la grimace ;
Je crois que dans le rut le souris la remplace. »

Il bombe alors le torse et le bat, mais voilà
Qu’elle semble insensible à ses hou-ha hou-ha ;
Puis, se moquant de lui, la garce le rembarre,
Se disant mariée avec le chef de gare !

La rage décuplée au nom de ce rival,
Il le maudit alors d’un châtiment rectal ;
Depuis, tout petit chef qu’une casquette habille
Sous ses coups de butor gémit : « Gare au gorille ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 septembre 2018 par dans Hominidé, Singe, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :