Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

La cigale en été


À l’heure d’été, je me congédie.

Après un long hiver à vouloir composer,
Arrivent les beaux jours à pouvoir reposer.
Enfin cymbaliser ! Et toute la journée
Paresser en chantant pour offrir ma tournée,
Tel un moine reclus dans sa maison de pin
Qui s’enverrait valser sur des airs de Chopin.

Oui, je vais, cher lecteur, en loisir, sans astreinte,
M’engourdir mollement d’un savoureux farniente,
M’offrir en ces airs chauds, moi, simple rimailleur,
Dans le temps suspendu de ce rêve enchanteur,
Un retrait mérité dans ma douce pinède,
Une halte, un répit, une trêve d’aède.

Et telle une cigale, à la fin de l’été
Je mendierais la rime aux auteurs du passé ;
J’irais, comme tout an, sur le métier reprendre
Un art n’ayant pour but que celui de détendre,
Avec vœu qu’à jamais, par mes vers, sans faillir,
Ma fable continue à donner du plaisir.

été

Un commentaire sur “La cigale en été

  1. C’est totalement réussi ! Le plaisir, il y est comme d’habitude !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 juin 2018 par dans Hémiptère, Insecte, et est taguée .

Navigation

%d blogueurs aiment cette page :