Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Tête de linotte


Histoire connue, soit. Mais elle convient si bien à la linotte…

Chaque soir la linotte arpentait la clairière 
Pour aller se poser près d’un vieux réverbère
Où, dans son souvenir, et seulement le sien,
Elle se rappelait avoir perdu son bien.

Mais en ce soir d’été son rituel chamboule
Quand le poteau subit une panne d’ampoule ;
Alors que restent seuls dans le tableau des champs
Des grillons, des criquets et quelques vers luisants.

D’un coup d’aile l’oiseau dénué de cervelle,
S’approche d’un lampyre, ou plutôt sa femelle, (1)
Et vient à fouiner dans l’herbe aux alentours,
Faisant auprès du ver nombre d’allers-retours.

« Holà ! dit celui-ci. Que me vaut ta visite ?
Serais-je un premier choix pour remplir ta marmite ? »
« Non, répond la linotte avec l’air morfondu.
J’espère dénicher un bien que j’ai perdu. »

« Égaré par ici ? fait le coléoptère. »
« Non. Mais ce n’est qu’ici qu’on a de la lumière ! »

 (1) Lampyre ou ver luisant, seule madame éclaire,
Bioluminescente en sa partie arrière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 3 janvier 2018 par dans Chanteur, Oiseau, Passereau, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :