Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Caresser la Chimère


La Chimère elle-même, peut-elle courir après des projets impossibles ?

Lasse d’avoir brûlé, d’avoir volé des vies,
D’avoir craché le feu bien mieux que les Harpies ;
Lasse d’avoir occis, dévasté, ravagé,
La Chimère versa un long pleur affligé.

Près d’elle, rescapé de son dernier massacre,
Un vivant, s’il en fut, eut pensé : simulacre !
Comment croire aux regrets de l’incarnation
Du monstre incontesté dans l’art d’Illusion ?

Fallait-il un naïf pour voir dans cette larme
Autre chose qu’un piège, autre chose qu’un charme ;
Or, distrait du danger, surgit un lapereau
Qui devait concevoir un peu d’âme au bourreau.

L’être de pureté, dans sa fourrure blanche,
Clapissant comme on cause avec sa vieille branche
Tâte au ventre la chèvre et sa queue au dragon,
Ce qui met un sourire aux lèvres du lion :
Ah ! Quel doux sentiment nourrit cette caresse !
Plus tendre et plus joyeux que celui qui l’oppresse ;
Un émoi, jusque-là, dans son for, inconnu,
Offert par un rongeur d'on ne sait où venu.

Oubliés les martyrs que son ire incinère ;
Elle fait au conil les doux yeux de Chimère :
« Quel heureux coup du sort ai-je eu de le trouver !
N’eusse-t-il apparu, j’eusse dû le rêver ! »

« Justement ! lui dit-il, j’incarne l’utopie.
Si j’eus été réel, tu m’eus mis en charpie.
Te voilà désormais maîtresse d’un lapin
Qu’un but d’apprivoiser restera toujours vain. »


 

4 commentaires sur “Caresser la Chimère

  1. pich24
    29 août 2017

    Curare, puisqu’il faut vous le dire clairement, je préfèrerais que cet endroit reste un lieu de commentaire pour MES textes. Si vous avez quelque chose à dire dessus, même du mal, vous êtes la bienvenue. Pour VOS textes, ouvrez un blog.

    J'aime

  2. Y a des fois, j’ai rien d’intelligent à dire. Je pourrais taper sur « j’aime » mais c’est trop facile. Alors cette chimère qui soudain s’amollit devant le lapin blanc, c’est juste super, quoi !

    J'aime

    • pich24
      13 mai 2017

      Merci. C’est ma modeste vision de l’affaire. On peut lire celles de Théophile Gautier ou d’Albert Salmain (au même titre : La chimère) qui sont d’un ordre d’excellence tout autre.

      J'aime

      • J’ai dû survoler Théophile lors de mes études il y a bien trente ans et je ne m’y risquerais plus. Quant à l’autre, je n’en ai même jamais entendu parler. J’en reste à votre version : courte, bonne (très), belle (très aussi).

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 mai 2017 par dans Mythologique, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :