Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

La grande ourse


Ou grand chariot. Callisto chez le Grecs et “septem triones” chez les Romains.
La grande ourse dort-elle à la belle étoile ?

Quand revinrent les froids et l’effroi de décembre,
Une ourse dut penser à préparer sa chambre ;
La grande ne s’était point offerte au péché,
Refusant ses faveurs à l’ours mâle léché
Qui lui causait d’amour de bien grosse manière
Pour lui faire passer l’hiver en sa tanière. (1)

Bientôt l’entêtement de ce goujat fut tel,
Qu’elle prit son parti de partir à l’hôtel.
ourse2Or, en cette saison, en rançon de vacance, On ne trouvait bon lit qu’avec bonne finance. Ne voyant pas comment se sortir du pétrin, L’ourse maudit le ciel, le cœur lourd de chagrin. Roulant dans les sentiers des larmes abondantes Elle parlait aux bois, leurs arbres et leurs plantes, Lorsque soudain cédant à l’attendrissement La forêt entrouvrit son faîte au firmament. Alors, de tout recoin, des animaux, des bêtes, Sortis d’on ne sait où, mais avec l’âme en fêtes, S’en vinrent l’entourer d’un peu de leur chaleur Pour se pâmer aussi du spectacle enchanteur. De par la pureté de la voûte sans voile La Nature envoyait l’ourse à la belle étoile, Lui prodiguait un nid au toit constellé d’or, Des amis, un entour au sylvestre décor. « Qu’ailleurs, mon prétendant mette son rut en berne ! S’avisa-t-elle, émue. Oui ! C’est là que j’hiberne ! Cet hôtel sans étoile est doté d’un tel ciel Que je vais me l’offrir comme lune de miel ! » (1) Sans doute voulait-il, quant à la gaudriole, Que la Grande Ourse, un jour, passe à la casserole.

ourse1

2 commentaires sur “La grande ourse

  1. pich24
    20 janvier 2017

    Merci. Vous avez raison il s’agit d’un conte. Pour faire croire à la fable je prétends, avec mauvaise foi, que toute histoire a sa propre morale, mais là, c’est bien difficile à prouver (c’est une histoire d’amour, et les histoires d’amour n’ont pas de morale).
    En fait, c’est prendre un peu de liberté avec le genre, mais bon…
    Si vous avez noté, j’ai même pris des libertés avec l’orthographe.
    Après l’entorse, la licence ?

    J'aime

  2. zoé pivers
    19 janvier 2017

    Nul besoin d’appât, dès le premier vers je sais que je vais dévorer les lignes, et je ne suis pas du signe des poissons 🙂
    C’est drôle, sensible, animal et terriblement humain. J’aime beaucoup cette envolée poétique qui nous transporte d’une réalité rude et terre à terre vers ce bel univers stellaire.
     » Que la Grande Ourse, un jour, passe à la Casserole…  » Joli !
    Merci beaucoup pour ce joli conte poétique

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 janvier 2017 par dans Mammifère, Ursidé, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :