Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le jour d’élan


Quand c’est pas le jour…

Parmi les plus beaux bois de la Scandinavie
Ceux que porte l’élan ont toujours fait envie
Aux rennes, wapitis, caribous, orignaux,
De la grande famille entraîneurs de traîneaux.

Un de ces cervidés, pour la nouvelle année,
– Ou plutôt juste avant qu’on ne l’ait étrennée –
Se perd avec ses cors corps et bien dans les bois ;
« Tu perds la tête, vieux ! » se dit l’élan finnois.
Plus loin, il perd le nord, son chemin et sa route,
Perd un temps précieux dont chacun sait qu’il coûte,
Et, perdant patience, or qu’arrive le soir,
Perd complètement pied, puis la vue et l’espoir.

 « N’avance pas plus loin, car tu cours à ta perte !
Se fait, le dégarni, la remontrance verte. »

Mais, égarant ses bois un soir de réveillon,
Ne s’accorde-t-il pas à la tradition ?
Puisqu’on voit qu’en perdant sa couronne sylvestre, (1)
Ce n’est pas jour d’élan le jour de Saint-Sylvestre !

 (1) Toute chose sylvestre est relative aux bois.
Bon. Aux forêts aussi, mais pas pour cette fois.
elan-1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 31 décembre 2016 par dans Cervidé, Ongulé, Ruminant, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :