Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

La mort et le bûcheron


Avec une toute petite influence mallarméenne ; aux purs ongles très-haut… (désolé pour l’hermétisme !)

En traversant le Styx d’une barque ramée
Un mortel bûcheron affligé par ses ans
Rêvait à Perséphone hôte en enfers pesants
Et fumoir funéraire à la rive enfumée.

Souffrant de la touffe il souffle au soufre : douleur !
Et mène un havresac pétri de son malheur,
– En bakchich acheté chez les Chineurs du Monde –
Avec la scie au dos pour rentrer dans la ronde.

« Ô Pandémonium ! Ô Mort ! Final repos !
Moi, ton sujet fiscal, perceptrice d’impôts,
Me voilà devant toi corvéable à corvée
Sous ta coupe à la faux. Nouvelle œuvre achevée,
J’offre à tes vifs brasiers mon âme sans tarder ! »

Elle, défunte nue, alors ne sait que faire
Et le rejette au Styx, disant : « Comment t’aider ? »

On croit souvent périr sans penser à guérir.
À nous-mêmes, aux dieux, mortifères nous sommes
Quand, trot tôt ou trop las, nous désirons mourir.
Or, vivre chaque instant c’est le métier des hommes.



En VO :


Un pauvre Bûcheron tout couvert de ramée,
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans
Gémissant et courbé marchait à pas pesants,
Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.
Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de douleur,
Il met bas son fagot, il songe à son malheur.
Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est au monde ?
En est-il un plus pauvre en la machine ronde ?
Point de pain quelquefois, et jamais de repos.
Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts,
Le créancier, et la corvée
Lui font d'un malheureux la peinture achevée.
Il appelle la mort, elle vient sans tarder,
Lui demande ce qu'il faut faire
C'est, dit-il, afin de m'aider
A recharger ce bois ; tu ne tarderas guère.
Le trépas vient tout guérir ;
Mais ne bougeons d'où nous sommes.
Plutôt souffrir que mourir,
C'est la devise des hommes.

mort-buch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 novembre 2016 par dans Homme, Omnivore, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :