Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le lion et le rat


Version moderne avec crête iroquoise.

Quelle fut la stupeur quand on sut dans Le Monde
Que le grand roi lion perdit son quant-à-soi,
Devant un petit rat, si l’article est de foi,
En tombant dans l’égout où ce rongeur abonde.

Ce dernier, souterrain, ne connaît le lion,
Mais voit Sa Majesté par la chute étourdie.
Quelle belle crinière et belle occasion
De ronger un tel crin une fois dans sa vie !
Qui donc chez le coiffeur pleure son bien perdu ?
Portant un don d’artiste, or que nul ne l’eut cru,
Le rat en moins de deux termina son affaire
Présumant bien complaire au Seigneur des forêts.

Quand s’éveille le roi, sur la tête des rets,
Il ne sait ni pourquoi, ni comment s’en défaire.
« J’ai, dit le rat au Sire, utilisé mes dents,
Et crois modestement avoir fait bel ouvrage. »

Au miroir lui paraît, dans un arrêt du temps,
Une coupe de punk qui va seoir à sa rage.


En VO :


Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde :
On a souvent besoin d'un plus petit que soi.
De cette vérité deux fables feront foi,
Tant la chose en preuves abonde.
Entre les pattes d'un Lion
Un Rat sortit de terre assez à l'étourdie.
Le Roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu'il était, et lui donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu'un aurait-il jamais cru
Qu'un Lion d'un Rat eût affaire ?
Cependant il advint qu'au sortir des forêts
Ce Lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne le purent défaire.
Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents
Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage.
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.

lion-rat

3 commentaires sur “Le lion et le rat

  1. zoé pivers
    25 novembre 2016

    Pour ma part, le ton en décalage avec le comique de situation est un régal. Qu’importe que les égouts en forêts ne courent pas les rus, Il se sera fait rat i boisé 🙂
    Merci pour cette agréable lecture

    J'aime

    • zoé pivers
      25 novembre 2016

      Heu… « boiseR » serait plus approprié je pense…

      J'aime

    • pich24
      25 novembre 2016

      Merci Zoé. Comme je disais par ailleurs, si vous vous êtes imaginé la coupe iroquois sur la tête du lion, j’ai gagné mon pari.
      En ce qui me concerne, je trouve la contrainte du bout rimé productive. Et je trouve que lorsqu’on arrive à intégrer de la fantaisie dans la contrainte, le mélange peut être détonnant.
      Amitiés.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 novembre 2016 par dans Carnivore, Fauve, Muridé, Rongeur, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :