Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Frai comme un gardon


Expression qui dit que le gardon est le poisson qui se conserve le plus longtemps. Histoire (fraîche) de son conservateur.

Dans le milieu gardon il est une légende ;
Il semble chaque jour que le ruisseau l’attende
Avec son kil de rouge, un sandwich au pâté,
L’hameçon de sa canne à l’appât frelaté,
Et l’obstination qui jamais ne le souille
D’à chaque jour passant quitter les lieux bredouille.

Oui. Dans la colonie on aime ce pêcheur
Qui taquine d’un charme à vous fendre le cœur ;
Le sentir, l’approcher, puis effleurer sa ligne,
Tout le banc de gardons passe lui faire un signe.
On voit dans son bouchon un gage d’amitié,
Car l’homme inspire plus l’amour que la pitié.

On n’en voudrait pas d’autre ! Et pour tout l’or du monde !
On admire à loisir sa pêche vagabonde,
– Un peu comme un chasseur qui s’en va, l’air de rien,
Sans arme, sans fusil pour promener son chien –
Et lorsque vient le frai, quand le fretin frétille,
On court lui présenter la nouvelle famille.

Lui, leur envoie alors les restes du pâté :
Des miettes, cependant, des bouts d’humanité :
Il sait, comme l’ont dit l’homme bon et le sage,
Que toujours et partout le bonheur se partage.
gardon-3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 octobre 2016 par dans Poisson, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :