Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le chien dans un jeu de quilles


Écrite autour du 18 juin, j’avoue avoir été influencé par l’actualité et la commémoration de Waterloo. J’espère que ce ne sera pas la Bérézina.

En ville de Quillan, auprès de l’eau de l’Aude,
Sur la place publique, un vieux chien en maraude
Traversait en travers et le pas de guingois
Un théâtre occupé par des quilles de bois.

Le canin, piètre acteur en comédie humaine,
Ne pense pas encore y jouer morne plaine,
Mais semble médusé par cet agencement
Qui va se retrouver frappé d’alignement !

La bête ne vaut rien, n’étant pas avertie
Qu’on ne se mêle pas au cours de la partie
À ces soldats de bois stoïques et fair-play
Qui tombent sans lutter sous le coup du boulet ;

Et le fossile croit, à côté de la carte,
Qu’on refait Waterloo : Wellington / Bonaparte !
Il se mue en grognard, il charge l’ennemi,
Offensif à moitié, défensif à demi ;
Avec toute l’ardeur d’une bête enragée
Il déquille les rangs en bataille rangée,
Sous la grêle d’obus d’un striker incertain
Qui fait feu de tout bois sur ce froggy mâtin.

Et quand la nuit s’étend sur le champ de bataille,
Que git l’infanterie et que rien n’en tressaille,
Que chargent sabre au clair les étoiles au ciel,
Le vieux grognard s’exclame : « Ah ! La quille bordel ! »

chien quilles 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 mars 2016 par dans Canidé, Poilu, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :