Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le seigneur des agneaux


Saigneur ou seigneur ? Nous le Sauron à la fin.

Par les prés verdoyants des terres de Comté,
Lors de jadis lointains aux airs d’éternité,
Deux frères, deux agneaux d’une même agnelée,
Partirent au Mordor découvrir sa vallée.

En ce lieu ténébreux régnait un grand Seigneur,
Ayant le goût du sang — surtout celui du leur —
Qui, jugeant leur venue à l’aune du propice,
Déroula pour tapis l’Hôtel du Sacrifice.

Il les berça de chère, en perça des tonneaux !
En hôte délicat les nomma « Mes agneaux »,
Se rendit obligeant de paroles gentilles,
Tandis que dans le fond salivaient ses papilles.
Agneaux 1Dix jours il engraissa les deux frères de sang, Et les couvrit d’égards à but attendrissant Tant le gout du kebab, dont il était l’esclave, Faisait chanter son âme et ruisseler sa bave. L’instinct ayant comme us de se voir obéi, Le Maitre dut choisir l’un comme Agnus Dei. « Mais il faut que ce choix, moi-même je le fasse. Honte à moi s’il fallait tirer à pile ou face ! » Se dit-il en songeant qu’il prendrait livraison De celui le plus fier de sa douce toison.
Agneaux 2C’était flatter l’agneau dans le sens du lainage ; Amour-propre, fierté, tout être vous partage ! Frères de lait, frangins, frérots dans le plaisir Ils ne le furent plus lorsqu’il fallut choisir : Pour élire, d’entre eux, la plus belle fourrure, La parenté s’ouvrit jusqu’à la déchirure. Et, sans en rien savoir, s’en alla le vainqueur Offrir son sang, son poil et sa chair au Seigneur.
Une fraternité peut subir un dommage Par le sens un peu faux qu’elle a de son image. ou Un lien qui nous unit semble nous renforcer, Mais un vice caché saura le délacer.

2 commentaires sur “Le seigneur des agneaux

  1. pich24
    3 septembre 2015

    On peut caresser dans le sens du lainage, mais on peut le faire aussi à rebrousse poil.
    C’est ce que j’ai choisi avec cette histoire de faux frères qui, pour une raison misérable – un concours de beauté ! – perdent de vue l’essentiel : le péril qui les guette.
    Pour le fond, je crois que la pub, et le système marchand en général, égarent nos consciences en flattant notre narcissisme et nos bas instincts, ce qui nous fait perdre notre humanisme et notre fraternité. C’est peut-être, et sans doute, mal exprimé, mais bon ; je fais selon mes moyens.
    Merci pour le commentaire.

    J'aime

  2. Bonnefoy Camille
    2 septembre 2015

    Ouf… Dur, dur !
    Choisir d’utiliser la fraternité en oubliant l’image qui peut suivant l’usage créer certains dommages.
    Le vice semble caché car, à l’origine, pas de mode d’emploi, pas de garantie, pas d’obligation.
    Choisir ? La liberté d’être libre.
    Vos écrits sont « super » mais ce matin… ils m’ont tourné la tête.
    Merci et, à bientôt.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 septembre 2015 par dans Bovidé, Mammifère, Ovin, Ruminant, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :