Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Du coq à l’âne


Exercice de style. Il existe une forme poétique moyenâgeuse, le fatras, qui correspond peu ou prou à cette locution. — un genre de la fatrasie s’appelle d’ailleurs le coq à l’âne (coq-à-l’asnes sont satires françoises), genre dont Marot et Rabelais furent adeptes — “L’Epistre de l’asnes au coq” (Marot) étant considérée comme un fabliau,  j’ai bouclé la boucle. L’exercice s’est révélé ardu, les rimes en “oc ” et “ âne ” sont assez rares.

Fatras...

Aux premières lueurs, juste avant six o’clock,
Quand ma Muse s’ensauve, eh bien je coque-à-l’âne !

Aux premières lueurs, juste avant six o’clock,
Avant ce cri d’orgueil dont se pique le coq,
Je rêve poésie — avec un bonnet d’âne — 
D’un chant de troubadour, poète en langue d’oc,
Faire un galimatias en vers de bric et broc :
Je trainais cœur au ciel, galant de belle Jeanne,
Avec, pour édredon, ce giron qui me damne !
J’en arrivais au point de retirer mon froc,
Quand j’entendis un couac résonner dans mon crâne.
Bougre de moi ! Bien sûr ! Ce damned chant du schnock :
Quand ma Muse s’ensauve, eh bien je coque-à-l’âne !

coq 6 Un peu trop “possible” selon la norme. En voici un plus fatrasien et plus proche de la fable (dans le fatras, faire parler la bête est plutôt bien vu ; il faut jongler entre impossible, obscurité et incohérence.)

Un vil gallinacé qui fait du fric au troc,
En laissant son Mc-Do, passe du Coke à l’âne.

Un vil gallinacé qui fait du fric au troc,
Coquerique son ire en prenant son Médoc :
« Vain bleu ! Vin rouge et blanc ! Vingt fois que je condamne !
Le bœuf doit s’honorer d’une cuisson ad hoc ! » 
« Pouah !» hurle la laitue au pied de son paddock.
« Beurk ! » glousse le fromton dont nulle odeur n'émane.
Ni pue. « A-t-on changé l’histoire de la manne ? »
Hi-hane un asinien qui repousse son bock.
« On étouffe chrétien tout autant que profane ! »
Brame le gallus qui, d’un maous rot de choc,
En laissant son Mc-Do passe du Coke à l’âne.

...et patatras.

ane 6


Un commentaire sur “Du coq à l’âne

  1. tizef
    18 décembre 2014

    A peine s’est-on régalé du premier que surgit le second, encore meilleur.
    Respect !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 novembre 2014 par dans Equidé, Volatile, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :