Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Caribou dit



Je raconte, tu narres, il dit, nous relatons, vous blaguez, ils mentent…

Un caribou vivant dans le parc boréal
Était connu des siens pour son débit verbal ;
Il contait à l’envi des blagues éculées,
Meilleures, disait-il, d’être ainsi formulées.

Il se trouva qu’un jour, à la belle saison,
S’en vint un perroquet, né d’un bel l'horizon,
Oyant le geste et fait d’une très vieille histoire
Que le grand cervidé goutait à faire accroire :
caribou2« Un renne, d’un massif, s’étant coincé les bois, Vit de lui s’approcher un caribou matois, Chez lequel ce spectacle eut comme conséquence De brusquer le démon de sa concupiscence ; Et le renne pleurant, se sentit défaillir, Lorsque le rangifer parla de le saillir… » (1) Sans attendre la fin l’oiseau multicolore Partit vers d’autres cieux rajouter au folklore. Il compléta l’histoire auprès d’un éléphant Qui la redit auprès d’un public bon-enfant Parmi lequel trainait un renart (2) dur d’oreille Qui la rendit aussi, différemment pareille ; De sorte que si bien et tant que soit qu’il fut, (3) Cette blague finit par faire du raffut.
caribou 8On parlait désormais d'un vieil ours sybarite, Satisfaisant la nuit ses gouts de sodomite. Le lion, roi, décida de traquer le pervers, Mais son royal décret fut compris de travers Et, selon sa version, chacun partit en chasse Avec l'aveuglement propre à la populace.
La tradition orale est la somme d’erreurs Qu’il reste au bout du compte après tous les conteurs. La tradition écrite est l’œuvre littérale Des restes corrompus de la version orale. (1) Comme le caribou se nomme aussi le renne, Vous aurez bien compris qu’ici rien n’est obscène. (2) Le roman de Renart a cet accoutrement : Contes amalgamés selon l’entendement. (3) C’est bon de se lâcher, faire de grosses fautes, Dépasser la frontière au loin des gardes-côtes.

3 commentaires sur “Caribou dit

  1. pich24
    17 mai 2014

    Le problème, si tu vois, c’est que n’importe quel animal aurait fait l’affaire. C’est tombé sur le caribou, mais sans raison particulière. Aucune de ses caractéristiques n’entre en compte dans le sujet ou la morale. J’aime bien dire ; ça s’est passé comme ça, pour dire que la fatalité l’a emporté sur ma réflexion. Excuse facile.
    Enfin ! j’ai pris comme principe d’écrire mes fables avec à chaque fois un animal différent, et tout le monde pourra constater que tout cela se déroule avec plus ou moins de bonheur.
    Merci pour tes commentaires avisés (les rimes en « fut » sont effectivement assez rares ; 4 chez Warnant).

    J'aime

  2. tizef
    17 mai 2014

    La tradition orale est la somme d’erreurs
    Qu’il reste au bout du compte après tous les conteurs.
    La tradition écrite est l’œuvre littérale
    Des restes corrompus de la version orale..

    Cette « morale » est une des meilleures que j’ai pu lire dans ton oeuvre et plus généralement chez les fabulistes de tout poil.

    J'aime

  3. tizef
    17 mai 2014

    Jolie fable sur la rumeur.
    Bien torchée (certes, il est plus aisé de torcher un poème qu’un ours ou un caribou, mais il convenait quand même,de le signaler)
    J’ai bien aimé que l’on fit une acrobatie conjugaisonne pour offrir une rime à raffut.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 mai 2014 par dans Cervidé, Mammifère, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :