Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

La tique bougnate


Ah ! Chés prononchiachions !

Une tique auvergnate avait comme surnom
Auprès des acariens : La vamp de Clermont.

Sachez qu’elle mettait tout son cœur à la peine
En faisant le métier de Marie-Madeleine :
En levant ses clients sur le bord d’un trottoir,
Se plaignant chaque nuit dans son tendre boudoir :
« Chi l’on aime les chiens, chi l’on est leur maitrèche, (1)
Auchitôt l’on vous dit : Voichi la pêcherèche ! »
Un des habitués, qu’elle avait pour chéri,
Lui fit lire Flaubert, Madame Bovary.
Il cita même Ishtar, Sumérienne divine,
Madame du Barry, la belle Messaline,
Pour dire que l’amour vivait dans le roman,
Et que ce vieux métier n’avait rien d’infamant.

Cette caution morale eut un effet magique
Qui devait rassasier le vice de la tique :
« Che peux te remerchier pour ta contribuchion
D’avoir donné chon âme à la prochtituchion.
Chacun devrait chavoir qu’en la littérature
D’autres ch’étaient avant vautrées dans la lucchure. »

Au plaisir du physique, elle adjoint le moral,
Mais c’était sans compter ceux jugeant amoral
De voir en leur quartier un marché de la fesse,
De peur de succomber à leur propre faiblesse.

On eut des « À l’achaut ! », des « Chuche à la putain ! »
Alors qu’elle essayait de faire son turbin.
Mais parmi ses clients, on fit des banderoles
Avec « Laichez nos chexs », et « Laichez nos chymboles ! »
S’en suivit un combat entre les puritains
Et les autres bougnats se voulant libertins.
Parmi les pudibonds on nommait « procchènètes »
Les étiques toutous couvant ces galipettes,
Mais chez les débauchés on parlait du « puchier »
Comme endroit du rival pour aller se conchier.

S’en vinrent des bavards à l’affût de chronique
Qui n’en virent rien moins qu’une affaire lubrique.
(Les histoires de cul font toujours sensation :
C’est le premier souci des chefs de rédaction.)
On vit donc en gros titre à La Préche Auvergnate :
Chouteneur ou clergé, lequel est phallocrate ?
S’en suivit un combat entre chaque faction,
Au plateau d’Alésia suivant la tradition.

La comédie se perd dans le tragi-comique Lorsqu’on fait de l’amour une question d’éthique. (1) Che me chert de l’acchent d’un album d’Achtéricche Cherchant le bouclier de Verchingétoricche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 mai 2013 par dans Insecte, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :