Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le canard et (1)…


Je n’allais pas me priver de tirer (sur) la chasse !


C’était un bon canard que chaque camarade
Appelait Saturnin par esprit de boutade ;
Non pas qu’ils eussent vu cet ancien feuilleton,
Mais ils avaient pour ça l’excellente raison
Que leur compère était atteint de saturnisme
Par les plombs de chasseurs voués au crétinisme.
Mais, Saturnin, têtu, continuait pourtant
À chercher son dîner aux abords de l’étang.
Ainsi, pour canarder ce malard bien modeste
Le tir carabiné se privait de sa sieste.
Un chasseur, que guidait un épagneul breton, Eut un jour le bonheur de s’en faire un carton, Et naturellement, ce fut le quadrupède Qui, le premier des deux trouva le palmipède. « N’approche pas de moi, cancane Saturnin. Fais semblant de chercher, mais poursuis ton chemin. Je suis perdu depuis que l’on m’a pris pour cible : Bien trop farci de plomb pour être comestible. Lors que tu me mordrais et goûterais mon sang, Tu choperais sitôt colique d’éléphant. » « On t’a peut-être mis des coups de plomb dans l’aile, Mais on n’en a pas mis au fond de ta cervelle. » Dit l’épagneul breton, avant de rajouter : « Tes simagrées, (2) n’ont rien qui pourrait m’épater : Je ramène la mort, j’ai son goût dans la bouche. Alors, un goût de plomb, tu crois que ça me touche ? » Or, après ce conflit, (2) l’épagneul délesta Si bien que, par amour, son maître le buta ; Mais sa femme croyant la viande comestible, Voulut en fricoter un pâté digestible.
canard 2On retourne parfois la balle à l’envoyeur ; C’est ce qui se passa pour ce lâche tireur Qui, comblé des exploits de son fusil de chasse, S’en alla rechercher sa meilleure vinasse. Il mangea le pâté, puis bouffa Saturnin : Crétinisme d’abord, et saturnisme enfin. (3) Qui n’a pas remarqué que les foudres divines S’abattent plus souvent sur les âmes crétines ? (1) Avec la liaison, vous aurez découvert La liaison d’avec le sort de ce colvert. (2) Six magrets et confit, c’est bien moins gratiné Que bien des jeux de mots du canard enchaîné. (3) Si, des infirmités, on ne va pas mourir, La première des deux ne peut pas se guérir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 février 2013 par dans Oiseau, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :