Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le fol dingo


Introspection poussée de la folie ordinaire …

Oyez, bonnes et braves gens, la fable d’un dingo,
Ni Mickey, ni Donald, ni Picsou du magot,
Moitié chien, moitié loup, mais en tous points foldingue ;
À vrai dire, entre nous, moitié fol, moitié dingue.

Ce diable de dingo, mi-canis, mi-lupus,
Au devant d’un lapin soutenait mordicus
Qu’il avait obtenu quelques instants d’audience
Auprès de son surmoi gouvernant sa conscience.
« J’ai, dit-il au lapin, trop de poids sur le cœur, Et je dois m’en remettre à mon for intérieur. Mon âme et mon esprit m’emmêlent dans l’angoisse, Et je ne sais lequel parle pour ma paroisse. Or, j’aimerais savoir ce que dit mon surmoi Pour avoir ainsi fait ce qu’il a fait de moi. » « Oh, brave prédateur ! Ce surtoi que tu portes, N’a pas droit de cité parmi les têtes fortes. Au lieu de te lancer dans une introspection Il vaut mieux te lancer dans une distraction. » « Eh bien, détrompe-toi, répond le carnivore, Ce surmoi m’a tout l’air d’une boîte à Pandore : Elle est, de mon ego, la source du malheur, En s’ouvrant à son gré mais jamais à mon heur. Laisse-moi maintenant l’affronter face à face, Et fais-moi le plaisir de rester à ta place. » Devant cette injonction qui le laissait pantois Le rongeur s’en alla s’amuser dans les bois ; À la fois se fichant de cette conférence, Et pensant aux effets de son incohérence.
« Voilà ! dit le dingo quelques instants plus tard. Ma conscience m’a dit que j’étais bien jobard. C’est peut-être curieux, mais cela me soulage De me savoir dingo, ni moins ni davantage. Maintenant que je suis parfaitement conscient Que mon aliénation provient de l’inconscient, Je peux n’être que moi sans surmoi qui commande, Et sans que, chaque fois, l’ego me réprimande. » « Je n’entends rien de rien à ton jeu de l’ego ! S’exclama le lapin sous le nez du dingo. Je te préfère encor quand tu me fais la chasse Que lorsque tu gémis sur ce qui te tracasse ! » Alors, il détala, puis s’arrêta plus loin, Et le dingo suivit pour lui coller au train. De la simplicité, mais en justes mesures, Vous permet d’éviter d’inutiles tortures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18 décembre 2012 par dans Mammifère, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :