Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

La volt-face de la torpille


Pour ceux qui ne sont pas au courant, la torpille ne manque pas de sex à pile.
Tube 1, paré !

 

La raie, en sa famille, a de drôles de zèbres
Dont l’électricité les a rendus célèbres.

Ces étranges cousins sont des sous-mariniers :
Torpille sont leur nom chez tous les poissonniers,
Et voici ce qu’advint, du moins à l’une d’elles
Chez qui l’alternateur survoltait d'étincelles :

On appelle aussitôt un agent d’EDF,
Qui note en son cahier nom, adresse, et grief,
Puis qui sort de son sac la boîte à bricolage,
Et prend le tournevis mesurant le voltage.
Muni de ce dernier, il prend sa tension, Et la met au courant d’une appréhension : « Je crains qu’un court-circuit venant d’un surmenage, N’ait fait péter les plombs de votre appareillage. Heureusement pour vous, j’étais dans le secteur Pour venir aussitôt régler ce disjoncteur. » « C’est mon tempérament que d’être trop sensible ; Au moindre évènement, je pète le fusible, Et tous les sentiments qui bousculent mon cœur Sont soumis à la loi de cet interrupteur. » Chante-t-elle complainte à l’agent du voltage Qui fourbit son outil pour trouver le réglage. « Je donne un tour de moins ! » annonce-t-il alors, N’éprouvant pas de gêne à tripoter son corps. Mais ce qu'il ne sait pas, en fouillant son cloaque, C’est que c’est à son for au final qu’il s’attaque : La torpille s’émeut : « Ô cœur sentimental Rêvant de poésie et d’amour idéal ! Tu cognes et tu bats d’un désir romantique, De ce penchant qui reste à jamais platonique. » « Je donne un tour de plus ! » dit le réparateur, Dont le front se remplit de gouttes de sueur. « Ah ! Satané coquin ! Prends-moi donc ! Je suis tienne ! Bats-moi ! Torture-moi ! Mhh ! Traite-moi de chienne ! »
L’employé, tout heureux de combler ce besoin Ne tient pas à pousser son réglage plus loin. Il délaisse son taf, avec le front en nage, Et se dit honoré de lui rendre un hommage. Mais, soudain, la torpille ajourne sa faveur, Prétextant éprouver un changement d’humeur, Et l’agent d’EDF, penaud, claque la porte, Ne pouvant expliquer un revers de la sorte. Il se traita plus tard des pires abrutis, Car au fond de son sac lui manquait deux outils, Puis se dit, qu’après tout, cette gueule de raie (1) (2) du cul avait fait cas avant qu’il ne l’effraie. (1) Il faut parfois savoir omettre la virgule, (2) Puis à la liaison ôter la majuscule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 mai 2012 par dans Poisson, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :