Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

L’oeuf de l’ornithorynque


J’ai l’honneur de vous présenter un des plus étrange animal qui soit.
Découvrez plus avant ce protothérien sur ce site

Sur le long d’un cours d’eau des monts de Tasmanie
Un bel ornithorynque en belle compagnie
Devisait galamment, tel un vil séducteur,
Du charme et des attraits d’une jeune consœur.

Il vantait le luisant de sa tendre fourrure,
L’élégance et le chic de ses pieds en palmure
Et le dessin parfait de son bec de canard.
Il louait les effets venimeux de son dard,
Sa démarche terrestre et sa nage aquatique,
Encensait à l'excès son sonar électrique. (1)
Mais, las, comme le sait tout habile galant, Étaler de la crème exige du talent : Il vaut mieux procéder par de petites touches Que de vider le tube et d’empiler les couches. C’est ainsi que le mâle avec force à-propos Bifurqua savamment dans ses coups de chapeaux Pour mener le sujet de sa flagornerie Vers l’intérêt premier de la Sainte-Marie ; À savoir le bel œuf qu’elle pondrait un jour Et qu’elle couverait d’insatiable amour. Il en est des moyens pour venir aux caresses S’en prenant sans vergogne aux plus nobles tendresses.
« Eh bien, mon cher ami, pour ne rien vous cacher, Mon cœur, à cet amour, ne saura que sécher. Je dois vous avouer, à ma plus grande honte, Que point ne m’est permis le bonheur de la ponte ; Et qu’ainsi les douceurs de l’amour maternel N’auront jamais pour moi que l’âcreté du sel. Seul rapport à cet œuf, dans cette chance ingrate, C’est d’être désormais amis de fraîche date ! » Le pauvre ornithorynque eut l’amabilité De ne pas s’obstiner dans son activité. Il se dit qu’il pourrait faire amende honorable En montrant du bon cœur face à l’impondérable. (1) Sachez que tout est vrai dans la description La bête est mammifère et c’est l’exception !

Un commentaire sur “L’oeuf de l’ornithorynque

  1. tizef
    6 mai 2014

    J’ai une tendresse particulière pour les ornithorinques.
    Tendresse qui se teinte de pitié pour l’impondérable.
    Pour info, je me suis intéressé à un cousin de ce sympathique bestiau
    http://lechercheplume.forumactif.org/t130-quimper-san-francisco#663

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 mai 2012 par dans Protothérien, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :