Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Sale blatte


Entre hygiène et malpropreté, il y a, comme dirait Bouddha, une voie moyenne …

Alors qu’elle rentrait d’une course homérique,
Une blatte trouva son cousin d’Amérique ;
C’était un cancrelat, disons ventripotent,
Avec dans le visage un sourire éclatant :

« Ma chère, lui dit-il, j’ai fait un long voyage,
Et craint n’avoir besoin d’un sacré nettoyage.
Vous ne pouvez savoir à quelles conditions
Nous sommes confrontés dans ces expéditions !
Un peu de propreté me serait salutaire Si vous pouvez m’offrir un brin de sanitaire ; Mais souffrez de savoir qu’on dit en aparté Que l’hygiène n’est pas votre tasse de thé. » « Vous êtes bien pompeux ! lui répond sa cousine. Nous n’avons qu’un évier au fond de la cuisine. Souffrez donc, cher ami, qu’il nous soit suffisant Bien qu’il n’ait ni savon ni désodorisant. » « Et bouchez-vous le nez, car notre phéromone Ne flaire le jasmin pas plus que l’anémone ! » Rajoute-t-elle aussi pour fermer le caquet De cet Américain bien plus fat que coquet, Qui va lui démontrer que sa drôle lubie Tient moins de l’aversion que d’une vraie phobie : « Un détail, lui dit-il avec un air de rien. Pourrais-je utiliser mon antibactérien ? Je ne sais pas pourquoi, mais cela me rassure De pouvoir l’ajouter à l’antimoisissure. »
blatte 3« Mon pauvre et cher cousin, vous êtes miséreux De nous considérer comme des culs-terreux. Si vous cherchez un monde exempt de parasites, Alors épargnez-nous vos prochaines visites. Rebroussez donc chemin vers la salubrité, Et souffrez d’y mourir d’une bonne santé ! » (1) Il n’est pas vraiment sain, lorsqu’on part en voyage, D’avoir en baluchon ses mœurs dans le sillage. (1) Ce cousin qu’on ne peut pas souffrir en peinture, S’est fait, comme on le dit, battre à blatte couture.

Un commentaire sur “Sale blatte

  1. artghost
    27 mars 2012

    C'est comme pour le moustiquequi fait l'importantCrie fort :"Attention je pique".Mais son cousin authentiquebien plus imposantsème silencieux, la panique.Bravo pour votre fable "du pauvre cancrelat qui se fait passer un savon" ( au sens propre … ).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 mars 2012 par dans Insecte, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :