Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Au clair de luciole


On disait parfois des fables de La Fontaine :  » C’est que des animals qui mourrent à la fin !  »
Pour éviter ce genre de critiques (les enfants ont toujours raison), voilà une fable qui ne fait appel qu’à de nobles sentiments. Pour les entomologistes en herbe, la luciole et le ver luisant sont des espèces différentes ( Lampyris noctiluca / Luciola lusitanica ) de la famille des Lampyridae …


Il est, au cours des nuits, dans les champs de luzerne,
Un insecte pouvant éclairer la lanterne
De quiconque s’étant, par faute de lueur,
Perdu sur les chemins de coupe du secteur.

C’est ainsi qu’un beau soir, naviguant sans boussole,
Un têtard fit appel au clair d'une luciole
Qui, profitant du fait qu’on ne pouvait plus voir,
S’offrit de l’imposer pour ce travail au noir.
« Je crains, bredouillait-il, ne retrouver la mare Sans user des vertus que l’on prête à ton phare. Je dois bénir le ciel que ce sort déplaisant M’ait conduit malgré tout aux pieds d’un ver luisant ! » On a tous, plus ou moins, des côtés susceptibles ; Un propos outrageant sur des thèmes sensibles, Et l’on sent la fureur prendre pas sur l’émoi. « Surtout lorsqu’on est pris pour un autre que moi. » Semble-t-elle penser avec, dans le sourire, Un aspect malveillant qui présage le pire : « Comme j’aime l’humour et que j’en fais l’objet, Tu m’auras sur le dos tout le long du trajet ! » Et, montant l’attelage, ils partent dare-dare Vers ce que le têtard imagine la mare.
Ce n’est qu’au petit jour que celui-ci, vidé, Se douta que, peut-être, on l’avait truandé, Car, issus de son dos, lui venaient à l’oreille Les bruissements flagrants de celui qui sommeille. Il brusque alors l’insecte et semble s’outrager De payer l’éclaireur en tant que passager : « Ne serais-je tombé, par quelque maléfice, Sur le seul ver luisant qui s’endort en service ? » « Et moi ! réplique-t-elle avec l’air abattu. Sur le seul des têtards plus bête que têtu ? Autant t’innocenter pour ta cervelle étroite ; Ta mare c’est au fond, et la deuxième à droite. » On finit par l’aimer celui qu’on égratigne, Bien qu’il soit dans l’erreur et qu’il persiste et signe.

Un commentaire sur “Au clair de luciole

  1. tizef
    27 avril 2014

    S’il ne s’agissait d’invertébrés, je dirais que la morale est profondément humaniste.
    Sinon, j’aime bien cette luciole susceptible et ce têtard têtu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 janvier 2012 par dans Insecte, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :