Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Une guêpe en déconfiture


Alors que la « des cons friture » c’est les frites du MacDo …

En cours d’hivers rugueux, les bourrasques cinglantes
S’abattent sur les prés, les niches et les fentes,
Infligeant leur courroux aux insectes volants
Qui ne sont pas de taille (1) à leur prêter les flancs.

Or, une guêpe, un jour de ces grandes rafales,
Se fit prendre au balai des brises hivernales,
Et se fit entraîner sur le flot tapageur
Pour se voir échouer sur un gros container.
guepe 2Pendant plus de trois jours, la guêpe eut un asile Dont le parcours scabreux la poussa vers une île, Où, d’effets de fatigue et de manque d’air cool, Elle chut sur le sable y dormir tout son soûl. Le groupe d’animaux logeant au voisinage S’en vint examiner la guêpe et son bagage Et, jugeant que l‘insecte avait l’air d’un gadget, Porta son intérêt sur la valeur du fret. Malgré tous leurs efforts la caisse métallique Préserva le secret de son corps hermétique, Si bien que du côté de l’investigateur On crut la guêpe avoir la clef du conteneur. Ainsi, pour son réveil, l’insecte eut la surprise D’être sommé d’ouvrir l’objet de convoitise ; Et notre vespidé, s’en allant folâtrer, Découvrit une brèche où pouvoir pénétrer. Pendant ce temps, dehors, toute la populace Se rapproche du trou pour voir ce qui se passe. On y dépêche un ours pour qu’il y jette un œil ; Il dit qu’il y fait noir comme dans un cercueil.
guepe 1L’aigle est alors requis pour veiller l’inconnue, Mais encore une fois c’est la déconvenue. On mande alors le lynx pour venir écouter Dans ce chas que l’insecte a su bien emprunter. Or, le félin perçoit un étrange murmure D’une voix s’étonnant : « Des pots de confiture ! » Il répète la phrase au plus proche d’entre eux, Et la rumeur s’étend comme un mal cancéreux. Il s’en suit une émeute où tout le monde espère Que les pots sont remplis par le fruit qu’on préfère. On se pêche et châtaigne, on se trouve affairé À se battre âprement pour le fruit désiré. Quand la guêpe surgit, on veut qu’elle témoigne Pour donner le vainqueur de la foire d’empoigne. « Hélas ! dit-elle alors, nous sommes tous perdants, Car les pots sont bien là, mais ils n’ont rien dedans. » (1) Une taille de guêpe est une taille étroite ; C’est le genre de mot qu’il fallait que j’exploite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 janvier 2012 par dans Insecte, Volant, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :