Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Punaise de sapristi !


Sur le thème de la ronde des jurons. Je sais (je sens) qu’il doit y avoir une bonne (excellente) morale, mais je ne l’ai pas trouvée. Vous me direz que pour un fabuliste, c’est normal de donner sa langue au chat. Pour vous aider, voici des thèmes possibles : la patience à ses limites; savoir l’ouvrir et la fermer (en rapport avec le clic-clac), il ne faut jurer de rien, dans le doute on s’écrase …
Je vous laisse continuer.
PS : pour les connaisseurs, je suis assez content de mes rimes en ac, ock et ouk …


« Par tous les saints damnés de l’iconoclastie !
Blasphéma la punaise en pleine sacristie.
Voilà donc que mon lit se transforme en clic-clac !
Qui m’a fait ce coup-là ? Nom de Dieu ! Tabarnac ! »

Ce vacarme attira l’attention du chanoine
Qui disait patenôtre auprès de saint-Antoine.
Il savait les jurons qu’elle gardait en stock,
(La plupart empruntés au capitaine Haddock)
Et devait s’expliquer sur son choix de litière :
Tous les pieux sont admis dans un lieu de prière.
Cependant, la punaise entretenait le souk, En lâchant du vingt dieux et du bachi-bouzouk, Tant son ire était grande, et sa rogne palpable, De se voir convertir au meuble dépliable. « Ventrebleu ! Sapristi ! Bon sang de bondieusard ! » Quel est donc le vieux schnock qui touche à mon plumard ? Je le tonds, palsambleu, l’agité de la couette ! Ventregris ! Juste ciel ! Et saperlipopette ! » « Cessez de proférer ces injures, ma sœur. Ces propos insultants sont perçus du Seigneur. Mais soyons grand seigneur pour laver cette offense : Vous ferez un avé pour votre pénitence. » « Un navet ! Pourquoi pas un chou blanc, grand lama ? C’est pour me reprocher de faire un cinéma ? » Tout à coup, l’homme en noir saisit ce parasite Qui, pour le moindre couac, lui pète une durite. Mettons qu’il peut comprendre au sujet du pucier, Mais son rang du clergé n’est pas à négocier, Et le tout enrobé du faste de l’injure, Réveille le païen qui dormait sous sa bure.
Punaise 3« Foutre Dieu ! jure-t-il. Enfer et damnation ! Par les cornes du Diable et leur malédiction ! Nom d’un petit bonhomme, odieuse satanée ; À l’esprit du Malin tu t’es acoquinée ! La sentence suprême est le seul châtiment Qui convienne au péché de l’ensorcellement. » Il s’en fut dans la nef refroidir la coupable, Tout en sacrant les Saints et Dieu comme un beau diable, Et lorsqu’il l’écrasa manu militari, S’éleva dans les airs une odeur de pourri. (1) (1) La punaise écrasée a la notoriété D’exhaler ses odeurs en signe de piété.

Un commentaire sur “Punaise de sapristi !

  1. chriscol
    20 décembre 2011

    Ce style original est un régal,quel festival! Je me sens tout petit avec mes fables banales.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 décembre 2011 par dans Insecte, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :