Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

C’est le facteur pic-vert


Étonnant animal pour sa double orthographe et pour le fabuleux Woody Woodpecker qu’en ont fait les cartoons …

Avec son béret rouge et sa moustache noire,
C’est madame pivert, sur un ton péremptoire,
Qui traitait son mari de courge et de crétin
Pour revenir au nid sans rançon ni butin. (1)

« J’ai pourtant fait ¨toc-toc¨ pour qu’une larve sorte,
Mais rien n’est apparu sur le pas de la porte.
Ils doivent s’effrayer de mon pic tapageur ;
Demain, d’un coup léger, je dis : C’est le facteur ! »
« Alors, tu ferais mieux de porter un costume Pour que les vermisseaux n’avisent pas ta plume. File donc dégoter les habits du postier : La casquette, et le sac pour mettre le courrier ! » Or, madame pic-vert, retenant son fou rire, Sait que chez les lombrics personne ne sait lire, Et que parmi ceux-ci, pour comble de malheur, Aucun n’a le savoir de ce qu’est un facteur. Et madame picvert se fend la pipe en douce, Songeant à cet acteur censé calmer la frousse. Son fou rire, pourtant, ne peut se retenir Lorsque le lendemain son conjoint doit partir : Il a, grâce à l’habit, une belle assurance, Mais n’a, malgré l’habit, pas de correspondance Avec son objectif, ce rôle improvisé : Le supposé facteur n’a rien d’un préposé. « Et tant pis si ce soir c’est encore régime. » Pense-t-elle en lourdant cet époux légitime Qu’au fond, elle aime bien, malgré tous ses travers Et son impéritie à ramener des vers.
Pic vert 1Et pourtant ce nigaud, cette tête de pioche, (2) Ce mari peu doué pour remplir sa brioche, S’en revient à midi, contre son pronostic, Avec un tas de vers qui tombent donc à pic. « Comment diable a-t-il pu ? » s’étrangle la baronne. Oui. Comment a-t-il pu, c’est ce qui la chiffonne, Ramener un festin en modèle à fichu Lors que l’original en était infichu ? Pour avoir trop rêvé de lui faire la nique Elle ne sait quoi dire avant qu’il ne s’explique. « Les vers sont comme toi, déclara-t-il au soir. Quand j’ai dit : « C’est’l’facteur ! », ils ont voulu me voir. »
On a tous en commun la curiosité Qui reflète souvent notre stupidité. (1) Il me faut profiter de cette courte émeute Pour signaler ici que le pic-vert pleupeute. (2) C’est une métaphore où le dessinateur A dressé le portrait de Woody Woodpecker.
aa

3 commentaires sur “C’est le facteur pic-vert

  1. tizef
    29 avril 2014

    Un frai festival
    Avec un tas de vers qui tombent donc à pic.

    Pour l’instant c’est mon préféré. Mais il m’en reste une flopée à savourer..

    J'aime

  2. anonymous
    13 août 2012

    Arielle writes:Ah, je reviendrai ! Ce pic-vert est un facteur de joie qui me fait pleupeuter de rire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 juillet 2011 par dans Oiseau, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :