Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Le castor au chômage


Le jour où mon neveu a perdu sa première dent de lait, la petite souris est passée.
J’avais donc l’histoire et la souris, ne restait qu’à trouver les dents et le lait …

C’est du fait d’un bouleau qu’un castor d’un jeune âge
Fut contraint et forcé de pointer au chômage,
Puisqu’il endommagea son outil de travail
En se brisant dessus, deux dents d’un bel émail.

« Que vais-ze devenir ? se demande le bièvre
En faisant ce qu’il peut pour se pincer la lèvre.
Puizque z’ai dézormais problème à me nourrir,
Z’est à l’ANPE que ze dois recourir. »
Il se rend au guichet de la fameuse agence Qui ne se targue pas de ses records d’audience. Parmi les animaux qui semblent aguerris, Une vache qui boite, ainsi qu’une souris, Mijotent en complot de déserter la file, Tout en gardant leur rang dans cette queue hostile. C’est, des deux, la souris qui demande faveur, En évoquant l’entraide entre chaque chômeur. « J’ai du pain sur la planche, elle qui boite allaite ; Nous serons de retour avant que l’on nous traite. Si l’on ne pointe pas, cette administration Va nous déposséder de notre allocation. » « Ze veux bien, leur dit-il, vous rendre ze zervize, Mais zazez, qu’en zes lieux, ze ne zuis qu’un novize. Z’ai perdu ze matin mon outil dominant, Ze n’ai plus que ma queue en guize d’inztrument. » « Vous êtes fort galant. » lui dit alors la vache, Qui s’attendait plutôt qu’on lui dise macache. Tandis que la souris comprend que ce castor Va se faire des films avec Technicolor :
« Mon ami le rongeur, ne crois pas que l’agence Aura, pour tes chicots, quelconque déférence. Je suggère par contre à chacun de vous deux Un plan que je découvre et que je crois sérieux… » La vache désormais fait manger ces deux bouches : Celle qui tire au pis, celle qui tue les mouches. Le castor, de sa queue, en tapant sur son cuir, Fait, dans un claquement, les insectes s’enfuir ; Et dans ce beau tableau de grâce pastorale Il est le seul sachant distinguer la morale : La petite souris, tout en l’aidant de lait, (1) A su lui procurer tout ce qu’il lui fallait, Mais au-delà de tout, en l’aidant de sagesse, (1) Elle a su l’arracher à ses cris de détresse. (1) C’était, dès le départ, le but de mon histoire. Vous jugerez, je crois, mon effort méritoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 11 décembre 2010 par dans Mammifère, Rongeur, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :