Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Paresseux et fainéant


Je crois que j’ai mis trois mois pour écrire cette fable.
Histoire de me mettre dans la peau du personnage ??


Surpris dans son repos par la voix d’un braillard,
Un paresseux s’éveille et découvre un lézard.
Il n’a de contentieux avec aucun reptile,
En concevoir un faux lui paraît inutile,
Et de toute manière, il n’a de volonté
Qu’à reprendre le cours de son rêve arrêté.
S’enroulant sur sa branche, il s’endort aussi vite
Qu’un planton qui s’ennuie au fond de sa guérite.
« Holà ! » dit le lézard, frappé d’étonnement De le voir s’assoupir aussi facilement. Rencontrer un bradype est chose peu courante, Mais bavarder avec la rendrait épatante… « Alors, dit le lézard qui se plaît à dorer, Attendons au soleil qu’il veuille conférer. » Comment cet habitant du monde arboricole Peut-il se comporter comme une fiche molle ? Telle était la question que l’innocent lézard Se posait au sujet de ce fieffé cossard, Bien que la seule énigme attendait l’éclairage Pour savoir entre eux deux qui l’était davantage. Mais comment dire noir ou comment dire blanc Lorsqu’on lance une épreuve entre deux tire-au-flanc ? Pouvons-nous comparer, avec toute assurance, La flémingite aiguë avec la nonchalance ? Comment ne pas confondre, en toute honnêteté, Un moment d’indolence et de l’oisiveté ? Comment ne pas trouver un cas d’analogie Entre de la torpeur et de la léthargie ? Mais surtout qui choisir comme arbitre impartial Pour nommer le vainqueur d’un duel si crucial D’où l’un sortirait roi de la fainéantise, Et l’autre deviendrait le vice en faignantise ?
Le lézard cogne alors le dos du concurrent. Il tâche, sans succès, de le mettre au courant, Le secoue et le gifle afin qu’il se réveille, Mais l’aï met trois jours pour lui tendre l’oreille… Il promit au demain lui porter attention, Car il souffrait en plus de procrastination. Lorsqu’on est de la branche et qu’on croise son maître, Le mieux que l’on peut faire est de le reconnaître.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 novembre 2010 par dans Mammifère, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :