Outre-fables

Il me plait de croire, puisque personne ne le saura jamais, que si La Fontaine m'avait lu, il m'aurait adoré

Un petit blaireau


blaireau 2Vous le croirez ou pas, certaines fables ont des histoires.
Pour celle-ci, j’ai voulu savoir si le mot Schtroumph était le mot le plus long qui n’ait qu’une syllabe (bien qu’il ne soit pas dans le dictionnaire).
Le texte a été lu plus d’une fois, mais personne n’a encore répondu à la question.
Alors j’attends…

Chaque soir un blaireau, de retour au terrier,
S’enlevait le marcel et partait injurier
Sa petite famille, enfants et bonne femme,
Qui subissaient ainsi ce constant mélodrame.

Après cette invective, il en venait aux gnons,
Et chacun dégustait sous ses coups furibonds.
Pour couronner le tout, il poussait des beuglantes
En rentrant au bercail à six heures frappantes.

« Qui c’est le chef ici ? » demandait-il bien fort,
Tout en n’oubliant pas de les cogner encor. (1)
La scène chagrinait ceux de la galerie
Qui rehaussaient le son pour suivre leur série,
Et pariaient ensuite au sujet des couleurs
Qu’iriseraient les yeux de ses sparring-partners :
« Elle doit aimer ça. », « C’est ce qu’elle mérite. »
Disait-on sans penser que la rouste prescrite
Touchait les blaireautins, ces enfants de salaud,
Qui priaient tous les soirs pour qu’il reste au boulot.

blaireau 3
Mais ces cris, un beau soir, parvinrent à l’oreille
D’un Schtroumpf qui recherchait de la salsepareille.
Le Schtroumpf se demanda comment ce vil blaireau
Pouvait en arriver à devenir bourreau :
« Chez nous, le Schtroumpf costaud s’adonne à la mandale.
Mais il n’en colle pas dans sa vie maritale ;
En tant que Schtroumpf curieux, j’aimerais bien savoir
S’il s’agit de fureur ou bien de désespoir. »

Il le suivit alors, tôt dans la matinée,
Découvrant que ce fou, seigneur de la tournée,
Travaillait à la mine où son patron noirci
Hurlait à tout propos : « Qui c’est le chef ici ? »
Servile et timoré, perdant sa mine fière,
Le blaireau devenait un fayot de première.


Le Schtroumpf qui redoutait le chat de Gargamel
Se dit que de la peur naissait le caramel,
Mais qu’il fallait aussi le ferment nécessaire
Pour que ce sentiment se transforme en colère.
Il retourna chez lui, tout en se promettant
Qu’il ne tomberait pas dans ce travers frappant.

Se venger sur autrui de sa propre faiblesse,
Plus que médiocrité, c’est de la petitesse.

(1) Qui pourrait le blairer ce blaireau qui dévoile
Qu’il nous rase et nous barbe au plus qu’il se dépoile ?

2 commentaires sur “Un petit blaireau

  1. pich24
    14 novembre 2010

    MerciJ'essaierai de me faire discret pour ne pas me mêler aux "M'as tu vu ?"

    J'aime

  2. gmayer4
    13 novembre 2010

    tres plaisant continuez peu de poetes hantent le web mais plein de m as tu vu

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 novembre 2010 par dans Fouisseur, Mammifère, et est taguée .

Navigation

%d blogueurs aiment cette page :